Macron ignore les jeunes

Le Président de la République a enfin pris la parole face à la colère qui s’exprime dans le pays depuis plusieurs semaines. Ouvrant son propos sur une condamnation très lourde sur les manifestantes et manifestants, il a notamment dénoncé « les irresponsables politiques dont le seul projet était de bousculer la république ». Une façon de nier
Plus de 1700  interpellations et plus d’un millier de garde à vue. Le bilan de la journée de mobilisation d’hier est affligeant. Le gouvernement se montre incapable de répondre politiquement aux attentes des milliers de citoyens qui se mobilisent quasi quotidiennement pour leur pouvoir d’achat depuis maintenant près d’un mois. Le déploiement énorme des forces
face-a-la-violence-au-mepris-a-lhumiliation-amplifions-la-mobilisation
Cela fait maintenant plus d’une semaine que les lycéennes et les lycéens, partout en France, se mobilisent. Elles et ils expriment leur refus de voir leur éducation et la construction de leur avenir sacrifiés par la sélection, le manque de moyens, la réforme du bac, etc. Plus généralement elles et ils se joignent à la
Face à la mobilisation lycéenne qui prend de l’ampleur de jour en jour le gouvernement Macron fait le choix de la répression. Partout dans le pays les forces de l’ordre chargent, gazent, dispersent les jeunes manifestant·e·s. Face à cette violence la mobilisation ne faiblit pourtant pas et les jeunes mobilisé·e·s continuent d’exiger des réponses politiques
Les lycéennes et lycéens sont descendu·e·s massivement dans la rue pour exiger du gouvernement la fin de la sélection à l’entrée de l’université, l’abandon du projet de réforme du baccalauréat, la fin de la réforme des filières professionnelles, un investissement massif dans l’éducation pour permettre d’étudier dans de bonnes conditions. Suite au succès de la
Depuis quelques mois maintenant, avec une intensité croissante, la colère monte dans le pays contre le gouvernement, le Président de la République et leurs politiques. De nombreux signes de mobilisation, de la bataille contre la loi ORE, à la colère des privé·e·s d’emplois, en passant par les différentes mobilisations des jeunes, des retraités, des services
A travers le monde, est célébrée aujourd’hui la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien. Établie par l’Assemblée générale des Nations unies en 1977, cette journée permet de réaffirmer avec force que la lutte du peuple palestinien est justifiée et se fonde sur le droit international. Comme l’a déclaré António Guterres, secrétaire-général de l’ONU,
Dimanche 18 novembre, lors de son allocution de clôture de la convention annuelle du Crif, Laurent Nunez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, a déclaré : « Je condamne avec fermeté l’appel au boycott de produits israéliens […] ces actions sont constitutives d’une infraction pénale et la préfecture de police procède à l’ensemble des
Macron n’hésite jamais à se faire champion des droits des femmes. Néanmoins, depuis son élection et malgré la période historique ouverte par la libération de la parole, le bilan de son gouvernement est loin d’être à la hauteur des ambitions affichées. Le gouvernement poursuit ses politiques d’austérité qui mettent  en danger le fonctionnement de dizaines